Join us for free and read amazing contents on elCurator.

Get wind of our features.

Already registered? Sign in.

Climat : dépasser la prise de conscience

Aug 03
9c5b0b0 o kkj9l 22g5ydhkyd8vt9n0

Editorial. L'année 2017 a été classée comme l'une des trois plus chaudes de l'histoire moderne. Les Etats doivent agir vite et interroger les modes de production et de consommation.

Le Monde | * Mis à jour le

Editorial du " Monde ". Les signaux d'alarme sur l'accélération du réchauffement climatique se multiplient et, pourtant, les actions engagées pour tenter d'inverser le phénomène ne sont désespérément pas à la hauteur des enjeux. Deux nouveaux avertissements viennent de nous être lancés, mercredi 1er août. L'année 2017 a été classée comme l'une des trois années les plus chaudes de l'histoire moderne, selon le rapport annuel de l'agence fédérale américaine National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

Le 1 er août est également le jour où l'humanité a consommé l'ensemble des ressources que la nature peut régénérer en un an, selon les calculs du réseau international du Global Footprint Network et celui du WWF. Année après année, ce " jour du dépassement " est de plus en plus précoce : en 1975, c'était le 1 er décembre ; en 1995, le 5 octobre ; en 2015, le 4 août, et en 2017, c'était le 2 août.

Lire aussi : Climat : 2017, année de tous les records

D'un côté, les mesures des scientifiques de la NOAA et l'actuelle vague de chaleur qui fait suffoquer les populations d'Europe du Nord, du Japon, du Canada ou du Pakistan, laissent peu de doute sur la réalité du réchauffement climatique. De l'autre, l'" empreinte écologique " grandissante de l'homme, illustrée notamment par la hausse des émissions des gaz à effet de serre et par l'augmentation des surfaces cultivées, brosse le tableau d'une planète au bord de la rupture sans que les actes suivent la prise de conscience.

Deux ans et demi après l'accord de Paris, conclu lors de la COP21 pour contenir le réchauffement sous le seuil des 2 C, " l'union sacrée pour le climat " à laquelle appelle Nicolas Hulot, le ministre de la transition écologique et solidaire, se fait toujours attendre. Certes, des villes se rassemblent autour d'objectifs de transformation de leurs usages en matière d'énergie, de logement ou de transport. Certes, des entreprises se projettent vers une économie rejetant moins de carbone, et le monde de la finance réévalue peu à peu sa politique d'investissement à la lumière du risque climatique. Un sommet mondial des acteurs non étatiques, le premier du genre, devrait mettre à l'honneur ces initiatives, mi-septembre, à San Francisco.

Maillon faible

Toutefois, les Etats restent le maillon faible de cette mobilisation. C'est le cas des Etats-Unis de Donald Trump, l'un des derniers dirigeants climatosceptiques de la planète, qui a isolé son pays en ouvrant la voie, en juin 2017, à son retrait de l'accord de Paris. De son côté, l'Union européenne peine à réviser à la hausse ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre. Il s'agit pourtant d'un effort indispensable. La Chine, premier émetteur mondial de CO 2, est, elle aussi, confrontée à la contradiction entre les engagements de l'accord de Paris et la poursuite d'une croissance économique soutenue. Partout, les lobbys tentent de remettre en question les maigres avancées, comme au Canada, qui vient d'assouplir son projet de taxes sur les émissions de gaz à effet de serre.

Les Etats n'ont d'autre choix que d'agir vite et d'interroger les modes de production et de consommation qui font des hommes les prédateurs de la nature. Pour contenir la hausse des températures, l'accord de Paris indique clairement la voie en visant la neutralité carbone dans la seconde moitié du siècle. Cet objectif implique de laisser sous terre la plus grande partie des réserves d'énergies fossiles, les carburants du réchauffement. Combien faudra-t-il d'avertissements pour que l'humanité cesse de rester accrochée à un modèle qui conduit à sa perte ?

What are you waiting for? Get the best of the web.