Join us for free and read amazing contents on elCurator.

Get wind of our features.

Already registered? Sign in.

Blockchain : quel avenir pour l’immobilier ?

Mar 15

Des applications prometteuses

Depuis 1986, un dollar sur six créé dans le monde est lié au secteur de l'immobilier. En France, l'immobilier est le secteur le plus important en termes de valeur ajoutée à l'économie : en 2016, les activités immobilières représentent 13% de la valeur ajoutée et 5% pour la construction.

Le secteur est traditionnellement soumis à une forte régulation : normes, contraintes esthétiques et énergétiques, sécurisation des transactions, garanties, subventions, aides fiscales... De fait l'Etat français consacre chaque année l'équivalent de 2% du PIB au logement, soit deux tiers du budget dédié à l'éducation.

La numérisation a entraîné l'apparition de nouveaux services et outils sur le marché de l'immobilier : les sites d'annonces immobilières ou de particulier à particulier (Airbnb, PAP, Homeléo), les contrats digitalisés (MyNotary, Lebonbail), et parmi les tendances à venir le crowdfunding, les visites virtuelles et états des lieux digitaux.

En quoi la technologie blockchain est-elle pertinente pour l'immobilier ?

Les innovations technologiques et la croissance de l'open data rendent le marché de plus en plus transparent. L'asymétrie de l'information reste toutefois une caractéristique majeure du secteur immobilier, or celle ci a un coût (fraudes, longs travaux de recherches et vérification).

Etude de cas : la transaction immobilière

D'après la note de conjoncture 2017 des Notaires de France, le nombre de transactions immobilières réalisées en France s'élève à 843 000 en 2016. La durée moyenne d'une transaction immobilière se situe généralement entre 3 et 6 mois. Le processus comporte six étapes qui impliquent des acteurs différents, dont les intérêts ne sont pas toujours concordants.

L'utilisation de la blockchain au cours des différentes étapes est décrite dans le premier schéma ci-dessous. Les acteurs impliqués au cours du processus et qui détiennent des informations clefs sont illustrés dans le second schéma.

Quels avantages ?

Le premier avantage offert par la blockchain est la transparence de l'information. L'historique de chaque propriété est accessible par tous, ce qui réduit de fait l'asymétrie informationnelle. Par ailleurs, l'information ne peut être altérée puisqu'elle est immuable une fois dans le registre distribué.

Le second réside en la diminution du risque de fraude et des travaux de vérification et d'expertise, souvent longs et couteux. En effet, grâce à l'historique des transactions, il est possible de savoir avec certitude quel est l'actuel propriétaire d'un bien.

Enfin, le processus de transaction immobilière serait plus rapide et ce notamment grâce à l'utilisation de Smart Contracts pour automatiser la transaction. En d'autres termes, le contrat d'acte de vente est codé sur la blockchain et le paiement par l'acheteur déclenche automatiquement la remise de l'attestation de vente. La preuve de vente est horodatée, immuable, et ne peut être contestée.

La combinaison de ces différents avantages induit une réduction globale des coûts liés aux transactions. D'après une étude de Goldman Sachs intitulée " Blockchain profiles in innovation ", enregistrer les biens immobiliers sur un registre distribué permettrait à l'industrie américaine d'économiser 2 à 4 milliards de coûts. Actuellement les registres de propriété sont décentralisés et la fiabilité des enregistrements sur papier est faible : 30% sont défectueux. Ces charges induisent des coûts de transaction élevés, qui se situent entre 0,4 et 0,6% du prix du bien immobilier.

Vers d'autres possibilités d'utilisation ?

Ces avantages ont d'ores et déjà séduit plusieurs gouvernements, qui ont initié des collaborations avec des start-ups pour transférer leur cadastre sur un registre blockchain. Depuis un an la Géorgie travaille en collaboration avec la start up Bitfury pour héberger ses titres de propriétés, services notariaux, prêts et hypothèques sur la blockchain Bitcoin. Des projets similaires sont en marche, notamment en Suède (Chromaway, test prévu en mars).

Les avantages de la blockchain ne se limitent toutefois pas aux transactions immobilières.

Les bâtiments regorgent d'informations (construction, entretien, consommation, données environnementales et météorologiques) ayant des origines diverses (capteurs, prestataires, occupants, open data). Les informations étant à la discrétion de leur propriétaire, on est ici également en présence d'asymétrie informationnelle, pour laquelle la blockchain pourrait être très utile. De façon générale, tracer les contributions et les interactions de chaque partie prenante au sein d'un bâtiment permettrait non seulement des économies intéressantes sur la maintenance et les litiges, mais également la construction de nouveaux services à partir de ces données.

Article rédigé par Chloé Ipert pour Blockchain France

Ces premiers cas d'usages immobiliers, que Blockchain France expérimentera au cours des prochains mois dans le cadre de Proof-of-concept (POC) dédiés, dessinent une redistribution de la chaine de valeur dans un secteur à son tour touché par la révolution digitale. Seuls les retours d'expérience pourront dire à quel point la blockchain aura à un rôle à jouer dans cette petite révolution.

What are you waiting for? Get the best of the web.