Join us for free and read amazing contents on elCurator.

Get wind of our features.

Already registered? Sign in.

Philip Morris et Altria envisagent un remariage

2 min
Sep 04
9&width=640&u=1566938475000

Plus de 10 ans après s'être séparés, Philip Morris International et Altria discutent fusion par échange d'actions. Un remariage de raison qui doit leur permettre de dominer le segment de la cigarette électronique.

Face au déclin inexorable des ventes de cigarettes, l'heure est au regroupement des forces. Les géants Philip Morris International et Altria ont entamé des pourparlers en vue d'une fusion. Il s'agirait en réalité d'un remariage: en 2008, Altria s'était séparé de Philip Morris International pour permettre à sa division active hors des Etats-Unis, alors en forte croissance, de dégager plus de valeur.

Mais les temps ont changé. Les deux entreprises tentent de trouver la parade à la chute des ventes de cigarettes (-4,5% en 2018), en investissant dans des alternatives plus porteuses.

Altria a une capitalisation boursière de 96,5 milliards de dollars, Philip Morris de 116 milliards.

Altria - qui pour la petite histoire possède 10% du capital d'AB InBev - s'est tourné vers le cannabis, en achetant 45% du groupe canadien Cronos, et vers le vapotage, en prenant 35% du capital du fabricant californien de cigarettes électroniques Juul Labs. Celui-ci a le vent en poupe: selon le cabinet Mordor Intelligence, le marché de la cigarette électronique, qui a rapporté 11 milliards de dollars l'an dernier, devrait croître de plus de 8% par an au cours des 5 prochaines années.

Philip Morris International mise de son côté sur le tabac à froid avec son appareil iQOS, un dispositif permettant d'éviter la combustion du tabac dans lequel il a investi des milliards de dollars. Il a reçu en avril le feu vert de la Food and Drug Administration (FDA) pour une commercialisation aux Etats-Unis.

Philip Morris a confirmé les pourparlers avec Altria, sans s'engager sur un éventuel aboutissement. Selon l'agence Bloomberg, la fusion, qui se ferait uniquement par échange d'actions sur la base de la cotation à la clôture du 23 août dernier, donnerait à Philip Morris 58% des parts de la nouvelle société, Altria détenant le reste.

Si la transaction devait se faire, elle créerait un mastodonte pesant plus de 200 milliards de dollars de valorisation boursière et plus de 55 milliards de dollars de chiffre d'affaires, réalisé pour l'essentiel par les marques emblématiques comme Marlboro. Philip Morris (30 milliards de dollars de chiffre d'affaires) pèse plus de 113 milliards de dollars en Bourse et Altria (25,4 milliards de revenus), près de 95,5 milliards.

Les investisseurs, qui se sont enflammés pour Altria en début de séance avec un titre en hausse de 11%, se sont ensuite refroidis après avoir appris qu' aucune prime n'était retenue dans l'offre. L'action perdait 3% peu avant 20h (heure belge). Le titre Philip Morris lâchait pour sa part 7%.

What are you waiting for? Get the best of the web.