Join us for free and read amazing contents on elCurator.

Get wind of our features.

Already registered? Sign in.

Coder, ce n'est ni facile, ni marrant

Jun 08
600x337 code

Une complainte qui cache un plaidoyer politique.

Ca commence comme une complainte. On la doit à Walter Vannini, informaticien italien et le texte a circulé en anglais dans différents médias (Eon et Quartz). Il n'est pas content, Walter Vannini, il en a marre. Il en a marre que partout et tout le temps, on dise que la programmation informatique, c'est un jeu d'enfant, que c'est facile, que tout le monde peut le faire, que c'est "marrant et interactif" (selon les mots de Tim Cook, le patron d'Apple), que " l'art et le savoir nécessaires à la fabrication des logiciels sont aujourd'hui aussi accessibles que l'alphabet. " Non non... pour Walter Vannini, tout ça ne rend pas du tout compte de ce que c'est que la programmation informatique, et des qualités qu'elle requiert.

D'abord, note-t-il, le profil intellectuel des développeurs est hors-norme : ils doivent être à la fois analytiques et créatifs, et ont besoin d'une concentration surhumaine pour être tout à la complexité de leur tâche. Une attention quasi maniaque est nécessaire, et la négligence est interdite. Selon lui, l'accès à ce niveau de concentration requiert même un état de l'esprit tout à fait particulier qu'on appelle le "flow" (en français dire le "flux" ou alors "la zone", mais la notion est mieux identifiée en psychologie positive dans son expression anglaise, bien qu'on la doive à un professeur de psychologie hongrois du nom de Mihaly Csikszentmihalyi). Pour le dire vite, le "flow", c'est un état d'absorption dans une tâche, un moment où toutes les émotions et capacités se coordonnent harmonieusement, ce qui peut amener vous imaginez bien à une sorte de joie extatique. Le flow du développeur, selon Vannini, c'est " une relation quasi symbiotique entre l'humain et la machine ". Bien sûr, programmer n'est pas le seul métier qui exige cette concentration (je lisais récemment des textes de la philosophe Simone Weill qui décrit à peu près en ces termes certaines tâches des ouvriers en usine dans les années 30). Mais, note Vannini avec justesse, on n'entendra jamais dire de la neurochirurgie ou l'ingénierie du bâtiment que c'est "marrant" et "facile". Alors d'où vient que l'on continue de vouloir donner cette image de la programmation informatique ?

Walter Vannini avance plusieurs raisons. La première, c'est que cette image aide à attirer des gens dans ces filières à un moment où on a besoin d'énormément de développeurs. Le but, c'est d'élargir le bassin d'emploi, et donc de maintenir les salaires pas trop haut. La seconde est que, de loin, la tâche du programmeur a l'air routinière et répétitive. Comme si, pour résoudre un problème, il suffisait d'appliquer une solution clé en main. Par ailleurs, selon Vannini, la manière dont Hollywood a caricaturé le "codeur" (en mâle blanc et asocial qui pianote d'abord et réfléchit après) n'aide pas.

Mais, pour Walter Vannini, insister sur le caractère fun et glamour de la programmation n'est pas le meilleur moyen d'attirer les jeunes vers l'informatique. Cela insulte leur intelligence et participe à l'idée qu'il n'est besoin d'aucune discipline pour progresser. Alors même qu'"une ligne de code repose toujours sur des heures de réflexions." Pour lui, on ferait mieux d'admettre que coder est compliqué, à la fois techniquement et éthiquement. " Les ordinateurs, pour le moment, ne peuvent qu'exécuter des ordres, avec divers niveaux de sophistication. C'est donc au développeur d'être clair : la machine fait ce que vous dîtes, pas ce que vous voulez dire". Et Vannini d'énumérer toutes les décisions logicielles dans lesquelles aujourd'hui, le manque de clarté peut être critique : les véhicules autonomes, les armes semi-autonomes, et tout simplement l'ingérence des grandes plateformes dans tous les aspects de nos vies - professionnelles, familiales, amoureuses - à des fins commerciales. Bien sûr tout cela repose sur des fondations techniques, mais on ne peut pas l'aborder sous le simple aspect de la technique. " La programmation n'est pas une petite chose qu'on peut laisser aux techniciens, sous le faux prétexte que leurs choix sont scientifiquement neutres. Nos sociétés sont trop complexes : l'algorithme est politique." Pour lui, connaître la programmation informatique sera bientôt un élément nécessaire de notre citoyenneté car - je cite - " l'idée que la programmation offre un chemin tout tracé vers le progrès social et l'amélioration personnelle ne profite qu'à une technoplutocratie qui s'abrite derrière sa propre technologie. " J'aime assez l'idée du développeur en scribe à l'envers : une élite qui déguise son pouvoir, non sous le sérieux de sa mission, mais sous sa fausse légèreté. Et voilà que tout à coup, la coolitude de la Silicon Valley prend un tout autre sens. Rendre son sérieux à cette activité est aussi un moyen de lutter contre les abus du pouvoir qu'elle s'octroie. Voilà qui est aussi politique.

What are you waiting for? Get the best of the web.